Des sacs plastiques retrouvés à 11000 mètres de profondeur au fond de la fosse des Mariannes

Par LudovicDupin pour Novethic

Les contes et légendes ont toujours imaginé que les abysses abritaient, le Léviathan, Charybde et Scylla, le Kraken ou même Cthulhu. Finalement, le monstre qu’on y découvre est né de la main de l’homme : c’est le plastique. On en trouve jusqu’au fond de la fosse des Mariannes dans l’océan Pacifique… à 11 kilomètres sous la surface.

Qui aurait l’idée de vivre au sein de sa propre poubelle ? L’Humanité visiblement. Car il n’y a plus un recoin du globe qui n’a pas été souillé. Les écosystèmes et ressources naturelles des grands fonds océaniques sont à peine explorés et encore moins connus. Pourtant, déjà, on y trouve des vieilles machines à laver, des pneus, des vêtements et du plastique.

Depuis plus de 30 ans, le Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (JAMSTEC), une agence nippone qui catalogue le vivant sur terre et dans les océans, a fait une triste compilation. Elle référence les objets humains retrouvés sur le plancher océanique à l’occasion de plongées scientifiques. Dans une liste enrichie de photos et de vidéos, le Jamstec a mis cette compilation en ligne à la disposition de tous.

Sur 5 010 plongées, les scientifiques ont compté plus de 3 500 déchets ou débris, dont un tiers de micro-plastiques, c’est-à-dire de plus de cinq millimètres. Ainsi, vous trouverez une tête de mannequin à 6 277 mètres dans la fosse du Japon, des canettes à 7 324 mètres aux Iles Okinawa… Pire, il y a plusieurs sacs plastique posés à 10 898 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes. Ce gouffre, le plus profond de la planète, atteint 11 000 mètres.

Des matériaux à usage unique

“La pollution plastique est en train de devenir l’une des menaces les plus sérieuses pour les écosystèmes océaniques.”

— Jamstec

Se basant sur cet inventaire, le Jamstec et le Global Oceanic Data Center (GODAC) ont publié une étude dans Science en avril 2018. Les chercheurs y estiment la densité à 17 à 335 déchets par kilomètre carré entre 1 000 et 6 000 mètres de profondeur. Ils ajoutent que 89 % de ces objets sont des matériaux à usage unique comme des sacs plastique ou des emballages. Au-delà de 6 000 mètres de profondeur, ce taux atteint même 92 %.

Même si les leaders mondiaux, les scientifiques et les communautés reconnaissent la nécessité de mesures de gestion urgentes pour la durabilité des écosystèmes marins, le travail est énorme. Selon un rapport de Greenpeace, ces dix dernières années, le monde a produit plus de plastiques que durant les 100 années précédentes. Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastique par an, dont 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans… chaque année.

Laisser un commentaire

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :