Pollution des océans : le plastique comme un poisson dans l’eau

Par Mike Beuve  – Sputnik France

© Sputnik / I. Nosov

Comment tenter d’éradiquer la pollution massive causée par le plastique en milieu marin? Si des solutions n’existent pour l’instant qu’à l’état de projet, la situation globale ne cesse d’empirer.  Sputnik a interrogé Cristina Barreau, experte en déchets aquatiques auprès de la fondation Surfrider. Analyse.

“Chaque année, ce sont huit millions de tonnes de déchets plastiques qui arrivent dans le milieu marin. On parle beaucoup du plastique, car finalement c’est ce que l’on voit le plus étant donné sa durée d’utilisation 100 fois moindre que la durée de vie qu’il va avoir dans le milieu marin.”

— Cristina Barreau – Surfrider Fundation

C’est le triste rappel des faits de Cristina Barreau, experte en déchets aquatiques pour la fondation Surfrider. Une tendance qui ne semble pas s’inverser : en cause, notamment, nos nouveaux modes de vie. En 2016, lors du forum économique mondial de Davos, un rapport de la fondation Ellen MacArthur estimait qu’en 2050 la masse de plastiques dans l’océan devrait même dépasser celle des poissons.

«De plus, ces morceaux de plastique agissent comme un buvard et les contaminants chimiques qui sont déjà présents dans l’eau vont venir se fixer sur ce plastique, donc cela augmente la contamination» détaille Cristina Barreau.

Si les images de l’amoncellement de plastique sur les rives ou les plages peuvent être choquantes, alors que dire du «8e continent», cette véritable décharge flottante d’une taille trois fois supérieure à celle de la France, à la dérive dans l’océan Pacifique entre Hawaï et la Californie?

[Note de Dirty70 : Le vortex de déchets du Pacifique nord est une zone du gyre subtropical du Pacifique nord, également connue sous le nom de gyre de déchets, « soupe plastique », « septième » ou « huitième continent » ou « grande zone d’ordures du Pacifique » (GPGP pour Great Pacific Garbage Patch). Pour les océans, le terme « continent de plastique » est rencontré.  Source : Wikipedia]

Une pollution dévastatrice

Selon une étude publiée dans la revue Nature Scientific Reports, ce vortex de déchets serait composé de près de 80.000 tonnes et de milliards de morceaux de plastique.

Même les plus égoïstes d’entre nous devraient se sentir concernés pas le problème, qui finit par avoir des impacts significatifs en termes de santé humaine.

“Tous les déchets qui sont présents dans le milieu marin peuvent être rencontrés par les animaux. Ils peuvent être blessés par ceux-ci, mais également les ingérer, car ils les confondent avec leur proie.”

«Quand on réfléchit par le jeu de la chaîne alimentaire, ça peut arriver aussi dans nos assiettes par un phénomène de bioaccumulation. […] Je pense que personne n’a envie de manger des moules ou des huîtres qui contiennent du plastique. Rien que cela devrait nous inciter à changer nos comportements

En outre, «tous les déchets qui arrivent sur la plage doivent être nettoyés, car personne n’a envie d’avoir une plage sale. Cela coûte énormément d’argent aux collectivités, donc aux contribuables, et les déchets ont aussi un gros impact sur l’homme au niveau du tourisme, des coûts pour les collectivités, mais aussi pour les activités maritimes», note Cristina Barreau.

L’État et les grandes entreprises se mobilisent

Nicolas Hulot, ministre Français de la Transition écologique et solidaire, présentait le 4 juillet dernier le plan Biodiversité comprenant 90 actions, dont l’objectif «zéro plastique rejeté dans l’océan d’ici à 2025», en soutenant notamment «l’interdiction au niveau national des pailles et des mélangeurs à usage unique dès 2020, et […] au niveau européen l’interdiction des 12 produits plastiques à usage unique les plus fréquemment retrouvés sur le littoral et en mer.»

Mais l’objectif fixé est-il atteignable? Un «doux rêve» pour Cristina Barreau, car «arrêter l’introduction de nouveaux déchets ne veut pas dire que l’on va en produire moins». Elle ajoute néanmoins que «le gouvernement va dans la bonne direction.»

«Il faut savoir que le gouvernement français depuis quelques années est l’un des premiers gouvernements au niveau européen et même au niveau mondial qui a pris la problématique des déchets marins à bras-le-corps et qui a décidé d’entreprendre de nombreuses actions. Ils adoptent de plus en plus de lois pour limiter l’introduction de nouveaux déchets.  On attend de voir quelles mesures vont être prises par le gouvernement pour parvenir à cet objectif, sachant qu’il y a la problématique des microplastiques [inférieurs à 5 mm, ndlr] qui vont être introduits dans les milieux directement via les réseaux d’eaux usées et ceux-là vont être très compliqués à éradiquer si on veut aboutir à un arrêt total de rejets dans les eaux.»

À l’instar de l’État, les grandes entreprises semblent vouloir également agir en faveur d’une réduction de la pollution. On pourrait par exemple citer le géant américain Starbucks qui a récemment décidé de supprimer toutes ses pailles en plastique[note de Dirty70 : De qui se moquent-ils? 2020, et cela ne concerne que les pailles.  Quid des gobelets, couvercles, sacs???]  Cette initiative est loin d’apporter une vraie solution durable et est raillée dans la foulée sur les réseaux sociaux.

Changer les mentalités

Pourtant, les mentalités se doivent d’évoluer afin d’endiguer ce phénomène, comme l’explique Cristina Barreau : d’une part, nous devons modifier nos comportements en ville, comme «jeter ses mégots dans des endroits appropriés, non pas dans le caniveau, car ils mènent au réseau d’eaux usés, réseau d’eaux pluviales, qui peuvent finalement revenir directement dans le milieu marin». D’autre part, nous devons changer nos modes de consommation en arrêtant d’utiliser «certain type de produits sur-emballés ou des produits qui contiennent des microplastiques».

“Il faut donc vraiment un changement de mentalités et se dire que tous nos comportements quotidiens peuvent avoir un impact sur l’environnement et sur le milieu marin”

— Cristina Barreau

«On nous propose souvent d’arrêter le plastique pour utiliser du plastique soi-disant biodégradable ou du bioplastique. Ce qui est vraiment important, c’est de changer durablement le prisme que l’on a en essayant d’utiliser des produits durables, de ne pas remplacer un produit à usage unique par un autre, même s’il est biodégradable

«Refuser les sacs plastiques, refuser les emballages à usage unique, car finalement on ne l’utilise que quelques secondes, un emballage que l’on aura énormément de mal, soit à recycler, soit à gérer» font partie de ces petits gestes néanmoins non négligeables pour une lutte quotidienne contre la pollution maritime, nous explique notre experte.

Laisser un commentaire

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :